LE CHALET OÙ L’ON BRISE LA GLACE (2) – MAISON DE THÉ, SHANGHAI

La jeune lle nous parle d’un Laoshan Cha, un thé de montagne près de Qingdao dans le Shandong. Son parfum est comme « l’eau du riz juste avant que les grains ne commencent à s’assouplir ». C’est le thé cultivé le plus au nord de la Chine.

Je lui demande quels thés elle préfère. Cela dépend du jour, de la saison, de son humeur. Quand il pleut, que la pression est basse, nous dit-elle, malgré beaucoup d’attention portée à la durée des infusions et à la température de l’eau, le thé n’exprimera pas toute son ampleur. Alors, elle prépare du pu’er cuit¹.

Lushan_YB_MG_5080

Une attitude différente de beaucoup de chinois amateurs de thé. Ceux-ci, que le thé a accompagné durant l’ensemble de leur vie, n’en boivent souvent qu’un seul. J’ai rencontré à Shenzhen la famille étendue d’une amie cantonaise, une région où le thé est, plus qu’ailleurs s’il est possible, central dans la culture. Le père, âgé, entouré comme un patriarche des enfants, nièces et cousins, mais en retrait et silencieux, ne boit qu’un seul thé du matin au soir. Un Dancong² aux infusions marquées, toujours du même producteur, dont il s’approvisionne par un ami.

Bien que sensible à la culture traditionnelle depuis longtemps, elle n’avait jamais vraiment prêté attention au thé. C’est par hasard qu’elle vient à Shanghai, après des études de photographie à Pékin. Lorsqu’elle découvre la voie du thé, dans ce même lieu, elle se sent tout naturellement attirée, souhaite apprendre. Loin d’apparaître comme une élève qui travaille ici depuis moins d’un an, sa présence apaisée donne vie au lieu, au milieu des thés et des plantes, dans la petite maison de thé de la rue Shaoxing³.

Lushan_YB_MG_5079

Dans la minuscule cour à l’arrière, une myriade de plantes de toutes tailles témoigne d’une volonté d’apprivoiser le végétal sans le contraindre. Cette oasis urbaine pourrait être le mini jardin d’un temple zen. Des vieux immeubles qui nous surplombent et que l’on oublie derrière les branches, nous parviennent, en n d’après-midi, les seuls bruits des cuisines en balcon. Et juste au-dessus de nos têtes, entre les feuillages des bambous, les chats passent d’un toit à l’autre.

Yann Shanghai, 2017

Notes et liens
¹ Pu’er cuit. Le Pu’er est une famille de thé à part entière, en provenance du sud du Yunnan. Très prisé des chinois, il est laissé vieillir plusieurs années, souvent compressé en galettes. Le temps l’assagit et le défait de son caractère vert pour lui donner une coloration rouge sombre en développant les notes si caractéristiques des pu’er. Chez les pu’er cuits, ce lent processus de maturation est reproduit en introduisant une fermentation des feuilles après la récolte.
² Les thés wulong Dancong de la province de Canton (comme les Mi Lan Xiang et Mi Hua Xiang).
³ Maison de thé Qiaobing Shanfang, rue Shaoxing, Shanghai [敲冰山房 绍兴路 上海].

Lushan_YB_MG_5099 Lushan_YB_MG_5089

Lushan_YB_MG_5110

LE CHALET OÙ L’ON BRISE LA GLACE (1) – MAISON DE THÉ, SHANGHAI

Le poète Wang Mu, des Tang, hiverne dans les monts Taibai.
Un jour que la rivière est gelée, son ami lui rend visite.
Le poète descend alors au torrent et brise la glace pour puiser l’eau du thé.

Lushan_YB_MG_4185

De cette histoire ancienne est venu le nom d’une petite maison de thé rue Shaoxing¹ : Qiaobing Shanfang, ‘le chalet où l’on brise la glace’. Une des rares maisons de thé de Shanghai à être tant délicate et intimiste, qu’ouverte à qui veut bien en pousser la porte, à peine marquée dans cette rue calme par deux lanternes en bambou recouvertes de papier. L’esprit d’accueil et de partage se ressent ici dans chaque attitude.

Sous un paysage de montagnes esquissées au pinceau, une jeune fille prépare le thé. Elle verse l’infusion dans les tasses, chacune posée sur une petite soucoupe allongée en forme de nuage, en porcelaine blanche légèrement teintée de bleu. Nuage ou bateau, nous dit-elle, passant le thé de la personne qui le sert à ses invités. Bue, la tasse retraverse la table vers l’autre rive. Le thé est un Zhenghe Gongfu d’une quinzaine d’années, un thé rouge vieilli. Sa maturité assoit le moment et laisse le buveur plus songeur qu’enclin à la conversation. D’un geste élégant, elle soulève le couvercle en bambou d’une grande jarre en terre située derrière elle et remplit la bouilloire en fonte.

Lushan_YB_MG_4188

Au-delà des galettes de pu’er, les étagères sont fournies de petits paniers de bambou tressé, empilés comme des briques ovales, renfermant dans une grande feuille séchée du thé An Cha, que je rencontre pour la première fois.
Mais ce que je remarque particulièrement est une attention portée au choix des accessoires. Le gongbei² à la ligne élancée en porcelaine crème, rugueuse au toucher et si ne qu’elle évoque la coquille d’un œuf. Les petits gaiwan³ blancs si simples mais parfaitement adaptés à la main. L’éclectisme des matériaux et des époques, verre dépoli et métal sans re et, du bel artisanat récent aux antiquités anoblies dans un nouvel usage, des éto es au bois, bambou et plantes séchées.

Les objets s’imprègnent ici de renqi, de caractère, littéralement, d’’énergie humaine’. Lorsqu’un de ces verres à thé de facture japonaise, en petit nombre, est demandé par un client, les exemplaires restants sont alignés sur la table à thé. Invariablement, le choix du client se porte sur celui qui était utilisé et qu’un usage attentionné et bienveillant a enrichi au quotidien.

Yann Shanghai, 2017

Notes et liens
¹ Maison de thé Qiaobing Shanfang, rue Shaoxing, Shanghai [敲冰山房 绍兴路 上海].
² Legongbei[公杯], ‘verrecommun’ ou pot à thé,reçoit l’infusion de la théière ou du gaiwan. Cette étape homogénéise l’infusion avant qu’elle ne soit versée dans les tasses, le thé que reçoit chaque convive étant alors de la même intensité.
³ Le gaiwan [盖碗] est une tasse à couvercle en porcelaine, souvent utilisé pour les thés verts mais aussi les pu’er et certains wulong. Il permet notamment un versement plus rapide pour les thés demandant des premières infusions très brèves. Tenu d’une seule main, le couvercle retient les feuilles lorsque l’on verse l’infusion. Des thés verts sont aussi appréciés directement au gaiwan, en particulier dans le Sichuan. Ils sont alors moins dosés car les feuilles restent plus longtemps dans l’eau.

Lushan_YB_MG_5535

Lushan_YB_MG_2709

Les Variations Lu Shan

Descente des Alpages
Lu Shan présente 6 variations sur le thème du Fromage et 5 variations sur le thème du chocolat.

Fidèle à la philosophie du Thé, c’est la place donnée à l’autre (*) dans ses associations qui définit l’harmonie. Révéler le fromage par le thé ou ennoblir le thé grâce au fromage est un exercice parfois délicat mais d’un certain plaisir.
Cet exercice nous amène parfois à découvrir des accords extrêmes, comme le salé-sucré, si emblématique de la culture alimentaire et médicinale japonaise.

Les 11 Harmonies révélées lors de la 6ème Descente des Alpages 2016 sont à découvrir à la Boutique de thé Lu Shan de l’Etoile 2 rue de Strasbourg 04 76 43 29 58 

Lu Shan a crée un conditionnement spécifique (4/5 personnes -7,50€ à 13,00€- pour favoriser les moments de dégustation entre amis (*).

Thé&Fromage:

l’Harmonie ”VARIATION SUR UN THÈME JAPONAIS” associe le thé vert Tamaryokucha de Lu Shan au fromage de chèvre le P’tit Barru (fromagerie Les Alpages)
La saveur ronde-sucrée du thé prend une pleine valeur avec le délicieux fondant-salé du fromage.

Descente des Alpages-3

Thé&Chocolat:

”ACCORD MAJEUR” est une Harmonie dans laquelle sont réunis le thé noir Eclat des Quatre Saisons (amande et noix – Lu Shan) avec le chocolat noir PralinéNoix (praliné et noix – Chocolaterie La Déesse) Un accord tout à l’honneur du patrimoine Dauphinois.
Une riche alliance s’exprimant à l’unisson. 
Descente des Alpages

(*) cette notion fait référence au Maître de thé japonais Kakuzo Okakura qui, dans son livre LE THE avance une définition du  respect: ce serait « donner sa place à l’autre sans perdre la sienne »

Descente des Alpages

La sixième édition de la Descente des Alpages est l’événement phare du quartier de l’Etoile en ce début d’automne.

Lu Shan, représenté par sa boutique de l’Etoile, s’associe à cette festivité en proposant un divertissement autour du thé.

1- Découverte de la fabrication du thé
2- Dégustation-vente d’associations Thés parfumés et Chocolats
3- Dégustation-vente d’associations Thés et Fromages

Samedi 15 octobre 10h/18h – 2 rue de Strasbourg

Programme Lu Shan Thé Fromage Chocolat Descente des Alpages[1]

Télécharger le programme

Art, Culture, et Gastronomie Savoyarde

visite-chambery

Chaque vendredi pendant la période estivale Chambéry Tourisme propose une visite guidée de la Ville. Celle-ci se termine à l’hôtel de Cordon par une découverte-dégustation de produits locaux. Une initiative qui rapproche Tourisme et Commerce, et qui dit Tourisme et Commerce à Chambéry dit Art et Culture. Là où les histoires se réveillent et s’animent.
Continuer la lecture…

LE VETIR – Chemins de Vie

Impression
Invités par Isolde Kovalitchouk du Jardin de Couture, une quinzaine d’artistes d’horizons variés (photographe, musicien, écrivain, peintre…) exprimeront leurs sentiments et leurs valeurs autour de l’Art du Vêtir avec une réalisation personnelle.

Denis Prot représentera Lu Shan à cette exposition LE VETIR – Chemins de Vie qui est accueillie par la galerie d’art Galerie 7 (LYON 2) du 16 au 20 mars 2016. Il interviendra le dimanche 20 mars.

L’Art du Thé sera donc à l’honneur dans cette exposition et il sera parcouru en 3 espaces-temps:

Le premier (30-45 mn) permettra de découvrir la variété des poèmes du thé. Cinq poèmes seront écoutés, accompagnés en libre expression par la guitare basse de Charles qui ornait déjà de ses harmonies la Scène de thé Danses avec le thé. 14H30

Le second temps, Fantaisie sur le thème des matières, sera ludique. Il verra le rapprochement « thés et étoffes » (évocation des sentiments, analogie). 16H

Trois thés et trois étoffes seront ainsi « harmonisées » et l’expérience sera soumise à l’appréciation des visiteurs. Les thés seront bien-sûr dégustés, ce qui devrait enrichir le jeu de découverte pour le public. (1h 30)

Le dernier temps sera celui de l’une des cérémonies de thé chinoises. Elle réunira 4 participants-invités et pourra être suivie par le public présent. (1h 30) 17H30

Tout au long de la journée, et notamment au cours des intermèdes, les échanges avec les « gens de thés » seront favorisés.

LE VETIR
Jardin de Couture 09.54.64.17.72/06.64.46.78.82
Lu Shan 06.95.88.61.88 denis.prot@lushan.fr
Galerie 7 7 place Gailleton 69002 LYON 09.53.89.17.98

Denis Prot
Remplir de sens l’usage de la consommation de thé est l’une de ses motivations. Un sens qui conduit à l’Art du thé, élaboré et enrichi à partir des siècles écoulés. Cet Art, relié à l’esthétisme, est indissociable des autres formes d’expression artistique: peinture, calligraphie, poésie, musique, arts martiaux, arrangement floral, couture, photographie…
Associé à sa vertu première d’être un auxiliaire de santé extraordinaire, cet Art du thé permet à l’homme de trouver équilibre et harmonie et de générer un bien-être facteur de santé psychique et physique.
Denis Prot est par ailleurs à l’Origine de la création de l’enseigne de thé Lu Shan.

Charles Aymard
La sensibilité de Charles entre en écho avec celle du thé. Entre ses mains la guitare acoustique éveille des sentiments de calme, de profondeur et d’énergie naturelle.

Has’Art’dez-vous II

La seconde édition de Has’Art’dez-Vous a lieu du 17 octobre 2015 au 1er novembre dans la capitale Alpine. Cette année la présence des artistes est encore plus étoffée que celle de 2014 avec notamment un essaimage à Aix-les-Bains.
Lu Shan a renouvelé son parrainage à la manifestation savoyarde et se réjouit tout particulièrement de cette nouvelle action de la Jeune Chambre Economique de Chambéry.

L’implication dans le tissu local, la motivation d’une équipe soudée et le relais fidèle des commerçants sont un enthousiasmant moteur.
Mei Chiao Wu, artiste-peintre dont Lu Shan, a déjà mis en valeur les oeuvres (MEI CHIAO WU I LE RYTHME APAISANT) expose ainsi à la FromagerieTH. Lorin 61 rue Croix d’Or.

logo-H